Archives de catégorie : Actualités

appel a contribution

Révolution et évolution

Numéro thématique de la revue Arts et Savoirs

Ce numéro se propose d’étudier dans des textes divers des sciences de la nature aux sciences humaines des logiques du temps qui ont souvent été opposées, l’une correspondant au modèle de la révolution, l’autre au modèle de la transformation ou de l’évolution. Au lendemain de la grande Révolution, l’historiographie s’interroge sur le sens et les formes du temps. Rompant avec l’histoire sceptique du tout début du siècle (Daunou, Volney), les historiens de la génération suivante, défenseurs du progrès comme Augustin Thierry ou Michelet, cherchent une poétique de l’histoire pour donner forme aux événements et aux changements, tandis que les historiens de la nature s’interrogent eux aussi sur la logique du temps naturel. De Cuvier à Charles Darwin, les hypothèses se multiplient pour expliquer les changements. Complexification ou progrès téléologique, développement sans cause finale, impliquant ou non un dessein, évolution et lutte, faisant une part aux circonstances et au hasard : les thèses seront multiples, et discutées à la fois par les scientifiques, les philosophes, les écrivains mais aussi par les hommes politiques, surtout à la fin du siècle ou s’affrontent les idéologies – anarchistes, socialistes, nationalistes – sur cette question. Des libéraux aux socialistes utopistes ou à l’anarchisme de la fin du siècle (Louise Michel, Élisée Reclus…), ce numéro se propose en effet aussi de réfléchir sur l’impact idéologique et les effets politiques de la confrontation des deux modèles.

Les écrivains, bien informés des débats scientifiques – comme Balzac, Flaubert, Zola, Alphonse Daudet, Anatole France… – s’inspirent volontiers de conceptions scientifiques, soit directement, soit par le relais de philosophes comme Taine, pour inventer de nouvelles formes et rendre compte d’une temporalité. Il s’agira donc aussi de s’interroger sur l’impact proprement littéraire du recours à l’un ou l’autre modèle de temporalité dans des genres littéraires divers (roman, poésie, théâtre).

Ajoutons qu’il sera possible d’aborder ce sujet « Révolution et évolution » en traitant les modèles « mixtes », soit dans le cas d’une conciliation (comme celle du vulgarisateur Figuier qui emprunte à Lamarck et Cuvier ou celle des disciples de Cuvier qui atténuent son fixisme), soit dans le cas d’un infléchissement vers la spiritualité, ce qui peut impliquer alors des considérations sur la palingénésie et la métempsychose (comme on le voit chez Nodier ou Nerval) ou l’invention d’une spiritualité laïque fondée sur l’évolution infinie et l’attente du futur (comme dans les textes naturalistes de Michelet ou la poésie de Richepin).  

Ce numéro pluridisciplinaire est ouvert à des propositions de spécialistes de disciplines diverses. Si la période retenue est le XIXe siècle, des propositions sur les prémisses des pensées modernes du temps au XVIIIe siècle (Buffon, Diderot…) seraient les bienvenues.

Les propositions sont à envoyer avant le 15 mai 2019 et les articles seront attendus pour le 30 septembre 2019.

Contact : gisele.seginger@u-pem.fr

Les podcasts de l’atelier « Quand les femmes écrivent les métamorphoses »

Les podcasts de l’atelier « Quand les femmes écrivent les métamorphoses »

Organisé par Virginie Tahar & Caroline Trotot dans le cadre du programme  «  Métamorphoses : entre fiction et notion » (dir. Gisèle Séginger) et « Visibilité et invisibilité des savoirs des femmes » (dir. Caroline Trotot)

Continuer la lecture de Les podcasts de l’atelier « Quand les femmes écrivent les métamorphoses »

Les métamorphoses, entre fiction et notion. Littérature et science (XVIe-XXIe siècle)

COLLOQUE

LISAA – Université Paris-Est Marne-la-Vallée
et
Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris


13-14 décembre 2018

Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris
Espace Forum – Bibliothèque – 1er étage
54, boulevard Raspail – Paris 6e


Jeudi 13 décembre

9h30 : Accueil

Métamorphoses : de la science à la science-fiction (présidence Claude Blanckaert, Centre Koyré/CNRS)

10h : Pascal Duris (université de Bordeaux) « Entre mythologie et histoire naturelle. Les métamorphoses de la métamorphose aux XVIIe et XVIIIe siècles »

10h40 : Bénédicte Percheron (UPEM) « Devenir monstre : notions et enjeux de la métamorphose pathologique dans les sciences du vivant et la littérature »

11h10 : Yohann Ringuedé (UPEM) « Biologie et fantastique : la métamorphose dans les récits brefs de Jules Verne »

11h50 : Irène Langlet (UPEM) « Métamorphoses et assemblages chez Ursula Le Guin »

Métamorphoses et histoire naturelle (présidence Pascal Duris)

14h30 : Juliette Morice (université du Mans) « Les métamorphoses du corail : crise poétique, crise épistémologique (XVIe-XVIIIe siècles) »

15h10 : Gisèle Séginger (UPEM IUF) « Les notes de Michelet sur l’histoire naturelle : genèse d’une pensée de la métamorphose »

15h50 : Juliette Azoulai (UPEM) « Métamorphoses et biologie marine chez Michelet et Richepin »

16h20 : Elisabeth Plas (université Paris 3) « “Exagérer son genre, en rencontrer l’excès” : la métamorphose chez Michelet »

17h : Azélie Fayolle (UPEM) « Les métamorphoses chez Renan : entre biologie et histoire »

Vendredi 14 décembre

9h30 : Accueil

Métamorphoses : entre science et mythe (présidence Gisèle Séginger)

10h : Sophie Laniel (université de Lille – IUF) « Métamorphose et vision dans la poésie de William Blake »

10h40 : Martine Lavaud (université Paris-Sorbonne) « La génisse et le pythagoricien : Ovide et le théâtre scientifique »

11h10 : Dirk Weissmann (université Toulouse II) « De Goethe à Kafka : la métamorphose chez Elias Canetti »

11h50 : Caroline Eades (université du Maryland) « Les métamorphoses dans le cinéma de Christophe Honoré »

De l’atome à l’humain : corps en métamorphose (présidence Juliette Azoulai)

14h30 : Romain Menini (UPEM) « Métamorphoses rabelaisiennes »

15h10 : Hélène Bah (UPEM) « L’horloge, la cire et l’araignée : la métamorphose à l’heure du mécanisme »

15h40 : Michael Soubbotnik (UPEM) « De l’insecte à la molécule. Diderot ou la métamorphose de la métamorphose »

16h20 : Florence Vatan (université du Wisconsin à Madison) « Au prisme des métamorphoses : Flaubert et les insectes »

Organisatrices : Juliette Azoulai (UPEM), Azélie Fayolle (UPEM), Gisèle Séginger (UPEM/IUF).
Contact : seginger.gisele@msh-paris.fr

Crédit : Anna-Maria-Sybilla Merian, Metamorphosis Insectorum Surinamensium, Amsterdam, G. Valck, 1705, planche XI. 

L’université de Strasbourg et le dialogue des disciplines. Des années 1920 aux pratiques contemporaines

Appel à communications

Colloque MISHA, Strasbourg, novembre 2019

Dates : 21 et 22 novembre 2019
Lieu : Maison des Sciences de l’Homme – Alsace, salle des Conférences

1. Point de départ 

À l’occasion du centenaire de la nomination à l’université de Strasbourg de figures marquantes pour l’histoire des sciences humaines – Maurice Halbwachs, Marc Bloch, Lucien Febvre, Prosper Alfaric, Charles Blondel… – la MISHA organise un colloque consacré aux pratiques actuelles et passées de l’interdisciplinarité en SHS.
L’expérience strasbourgeoise des années 1920 sera le point de départ de cette rencontre, et plus particulièrement les « réunions du samedi » (débutées en janvier 1920) : « libres causeries, au cours
desquelles les collègues se renseignent mutuellement sur les publications les plus récentes et en discutent la valeur », un « essai original de collaboration intellectuelle1».

Ces réunions, organisées en cycle régulier, étaient structurées en quatre thématiques : « linguistique, orientalisme, archéologie », «histoire des religions », « histoire sociale », « histoire littéraire ». Cet espace de réflexion interdisciplinaire a concerné plusieurs domaines des SHS, parmi lesquels : l’histoire, l’histoire des religions, l’archéologie, la géographie, la sociologie, la philologie, l’histoire du droit, l’orientalisme, la linguistique, la littérature, la philosophie, la psychologie.
L’examen des pratiques qui ne sont pas qualifiées «d’interdisciplinaires » dans les années 1920 sera associé à une approche réflexive des usages de l’interdisciplinarité développés, voire revendiqués en SHS depuis quelques décennies.

2. Axes du colloque
Les propositions de communication pourront s’inscrire dans deux domaines principaux déclinés en quatre axes : histoire de l’interdisciplinarité dans les sciences humaines ou épistémologie de
l’approche interdisciplinaire en SHS (sciences historiques, sciences sociales, anthropologie, ethnologie, géographie, philosophie, psychologie, linguistique, lettres, droit, science économique, etc.).

1 Bulletin de la Faculté des Lettres de l’université de Strasbourg 1, novembre 1922, p. 106 et p. 107 :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124638p/f109.item.zoom
2
• Axe 1. La construction de lieux d’échanges interdisciplinaires à l’université de Strasbourg dans les années 1920 

Les communications pourront aborder ce moment particulier de l’histoire des savoirs à partir de l’exploitation de première main de sources documentant concrètement les interactions entre les chercheurs strasbourgeois dans les années 1920 : comptes rendus des « réunions du samedi », témoignages divers des participants, inventaire des acquisitions des bibliothèques, données sur les cours et séminaires impliquant plusieurs disciplines, données sur l’exploitation des collections patrimoniales dans le cadre d’enseignements dépassant les frontières disciplinaires…

• Axe 2. L’héritage scientifique et académique 

L’interdisciplinarité est un enjeu fort au tournant du XXe siècle, elle donne lieu à des programmes de travail singuliers, notamment celui développé par Henri Berr au centre international de synthèse. Comment situer le « moment strasbourgeois » dans ce contexte et comment estimer son éventuelle postérité ? Les communications pourront donc explorer cette question du prolongement et des répercussions de l’expérience strasbourgeoise des années 1920 jusqu’à aujourd’hui.

• Axe 3. L’interdisciplinarité en questions
Les communications pourront aborder la question de l’interdisciplinarité sous un angle réflexif pour évoquer diverses questions, notamment : celles de la terminologie et de son origine (interdisciplinarité, pluridisciplinarité, transdisciplinarité), de la définition de l’interdisciplinarité et de ses différents degrés, de la structuration en disciplines (valeurs et enjeux), des objectifs fixés à l’interdisciplinarité (valeurs et enjeux), de ses modalités, de la construction d’un objet transversal, enjeu essentiel de l’interdisciplinarité…

• Axe 4. Nouvelles pratiques
Dans cette section, les communications pourront présenter de manière réflexive des expériences actuelles de l’interdisciplinarité. Il pourra s’agir d’expériences formalisées, portées par des institutions,
ou d’expériences, plus informelles, menées par un petit groupe de chercheurs de manière expérimentale et exploratoire.

3. Calendrier

Les propositions (titre et résumé indicatifs, maximum 1000 signes) sont à envoyer pour le 01 décembre 2018 à colloque2019misha@misha.fr. Elles seront examinées par le comité scientifique du colloque.

Contact : colloque2019misha@misha.fr

Comité d’organisation : Didier Breton (démographie), Laurence Buchholzer (histoire médiévale), Sylvie Donnat (égyptologie), Guillaume Ducoeur (histoire des religions), Stéphanie Dupouy (philosophie), Isabelle Laboulais (histoire moderne), Fabien Paulus (géographie), Anthony Mangeon (littérature francophone), Bertrand
Marquer (littérature française), Thibault de Ravel d’Esclapon (droit).
Comité scientifique : Cléo Carastro (EHESS), Olivier Dumoulin (université de Caen-Normandie), Wolf Feuerhahn (CNRS, UMR 8560-Centre Alexandre Koyré), Marie Jaisson (université Paris 13), Christian de Montlibert (université de Strasbourg), Bertrand Müller (CNRS, Centre Maurice Halbwachs), François Ost (Université Saint Louis – Bruxelles), Lena Sanders (CNRS, UMR 8504-Géographie-cités), Alain Schaffner Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Gisèle Séginger (université Paris Est – Marne la Vallée, IUF), Philippe Swennen (université de Liège), Françoise Waquet (CNRS, UMR 8599-CELF).

1 Bulletin de la Faculté des Lettres de l’université de Strasbourg 1, novembre 1922, p. 106 et p. 107 :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124638p/f109.item.zoom

         

Animal et humanité

Animal et animalité
Stratégies et modes de représentation dans les littératures d’expression française

Université de Colombie-Britannique
Vancouver (Canada)
Du samedi 1er au mardi 4 juin 2019

PRÉSENTATION

Des manuscrits du Moyen Âge aux récits contemporains, l’animal prend une place prépondérante dans notre imaginaire et nos créations littéraires. Central dans Le Roman de Renart autant que dans les Fables de La Fontaine, un bestiaire s’est déployé dans les productions littéraires d’expression française, bestiaire particulièrement chargé symboliquement. Les figures animales y sont pourtant souvent marginalisées, reléguées au second plan par la prégnance de la dichotomie humain/non-humain, sans réelle agentivité propre si ce n’est sur le plan allégorique, confirmant de façon indirecte la théorie cartésienne de l’animal-machine.

Il a fallu attendre le XXe siècle, la remise en cause de l’autotélisme littéraire et des jeux de langage formalistes des années soixante et soixante-dix pour que la littérature non seulement retourne vers le monde concret, mais, témoignant d’une conscience éthique et écologique, relaie les questionnements sur la souffrance et l’expérimentation animales, l’extinction des espèces, l’élevage industriel…

De nombreux auteurs contemporains, comme Yves Bichet dans La Part animale (1994), Éric Chevillard dans Sans l’orang-outan (2007), Patrice Nganang dans Temps de chien (2001), Alain Mabanckou dans Mémoires de porc-épic (2006), ou même des auteurs antérieurs, comme Joseph Kessel avec Le Lion (1958), s’efforcent ainsi de donner une voix à ces « exclu[s] du logos » (Poirier) et développent des stratégies discursives, énonciatives, narratives, syntaxiques, stylistiques, ou encore rythmiques faisant surgir une conscience animale au sein du texte.

Ce n’est que récemment que la représentation de la perspective animale a éveillé l’intérêt de la critique et fait une percée par le biais du développement, dans le monde anglophone, des animal studies et de leur mise en pratique dans le domaine littéraire. Dans le monde francophone, la zoopoétique cherche depuis peu à mettre en évidence une éthique et une esthétique animales dans les productions littéraires, en éclairant des stratégies et des modes de représentation spécifiques à la perspective animale.

Dès lors, la zoopoétique permet d’examiner dans quelle mesure le langage créatif parvient à faire entendre une conscience animale. Démontrant « la capacité de la littérature à se conjuguer aux savoirs existants (histoire naturelle, éthologie, éthique, biologie, politiques de la nature…) voire à produire, par des histoires incarnées, un savoir proprement littéraire sur ces bêtes » (Simon), la zoopoétique opère ainsi un rééquilibrage qui mène potentiellement à des changements conceptuels quant à l’inclusion de la perspective animale dans nos systèmes de pensée et d’appréhension de l’environnement.Cet atelier se donne pour objectif de mettre en évidence différents modes et stratégies de représentation de la question animale dans les littératures d’expression française. Il mettra en évidence certaines spécificités régionales ainsi que de potentielles convergences dans les multiples littératures de la francophonie. Il permettra également de constater l’inscription de l’animal et de l’animalité dans la tradition littéraire mais aussi d’évaluer les réappropriations et les renouvellements esthétiques qu’elle a occasionnés : les propositions abordant des productions littéraires de toutes époques et de toutes les origines géographiques de la francophonie sont les bienvenues.

AXES DE RECHERCHE
Voici une liste non exhaustive de pistes de réflexion qui pourront être abordées :

  • L’anthropomorphisme comme obstacle ou accès à l’intériorité animale, le zoomorphisme, l’animalité humaine
  • Les interactions humains/animaux
  • Les discours scientifique(s) sur la question animale (naturalisme scientifique, zoologie…)
  • La représentation de pratiques/relations entre l’humain et l’animal : la chasse, l’élevage industriel, le cirque…
  • Les animaux et les conflits humains
  • Le spécisme et l’antispécisme
  • Les études comportementalistes et l’éthologie
  • Les animaux et le langage : cognitivisme, instinct, discours
  • Les animaux entre nature et culture : ville, paysage rural et nature sauvage
  • La souffrance animale
  • Les problématiques environnementales (déforestation, destructions des habitats, disparition d’espèces animales, etc.)
  • Les stratégies stylistiques (images, métaphores, associations) et narratologiques (focalisation interne, polyphonie énonciative, style indirect libre, monologue intérieur, « on » d’empathie…) qui permettent de faire surgir les subjectivités et les voix non-humaines
  • Les réflexions sur le rôle de la littérature : empathie, identification
  • L’héritage/la tradition littéraire : réappropriation et renouvellement esthétique
  • Les approches théoriques/génériques/comparatistes/diachroniques ou synchroniques
  • Les animaux et les pratiques spirituelles, la pensée magique
  • Les stéréotypes animaliers (renard rusé, chien fidèle, chat ratoureux, le loup dans les contes, etc.)

 

RESPONSABLES

Sara Buekens, Université de Gand sara.buekens@ugent.be

Julien Defraeye, University of Waterloo julien.defraeye@gmail.com

Date limite pour l’envoi des propositions (250-300 mots) : le 15 décembre 2018

Les personnes ayant soumis une proposition de communication recevront un message des organisateurs de l’atelier avant le 15 janvier 2019 les informant de leur décision. L’adhésion à l’APFUCC est requise pour participer à cet atelier conjoint. Il est également d’usage de régler les frais de participation au Congrès des Sciences humaines ainsi que les frais de conférence de l’APFUCC. Ils doivent être réglés avant le 31 mars 2019 pour bénéficier des tarifs préférentiels. La date limite pour régler les frais de conférence et l’adhésion est le 15 avril 2019. Passé cette date, le titre de votre communication sera retiré du programme de l’APFUCC.

Vous ne pouvez soumettre qu’une seule proposition de communication pour le colloque de 2019. Toutes les communications doivent être présentées en français pour l’APFUCC, en personne, même dans le cas d’une collaboration.

 

BIBLIOGRAPHIE

Armstrong, PhilipWhat Animals Mean in the Fiction of Modernity, Londres: Routledge, 2008.

Benhaïm, André et Anne Simon (dir.), 2017, Revue des Sciences Humaines 328 : « Zoopoétique. Des animaux en littérature moderne de langue française » (2017).

Bailly, Jean-ChristopheLe versant animal, Paris : Bayard, 2007.

Burgat, FlorenceUne autre existence : La condition animale, Paris : Albin Michel, 2012.

Desblache, LucileBestiaire du roman contemporain d’expression française, Clermont-Ferrand : Presses de l’Université Blaise Pascal, 2002.

Dubied, AnnikDavid Gerber et Juliet J. Fall (dir.), Aux frontières de l’animal. Mises en scène et réflexivité, Paris : Librairie Droz, coll. « Travaux de sciences sociales », 2012.

Engélibert, Jean-Paul, Lucie Campos, Catherine Coquio et Georges Chapoutier (dir.), La question animale. Entre science, littérature et philosophie, Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2011.

Lezama, Nigel, Joëlle Papillon et Rocky Penate (dir.), « Des animaux dans la littérature : du proche et du lointain », Voix Plurielles 12.2 (2015) : 53-180.

Mackenzie, Louisa et Stéphanie Posthumus (dir.), French Thinking about animals, East Lansing: Michigan State University Press, 2015.

Moe, Aaron M.Zoopoetics: Animals and the Making of Poetry, Lanham : Lexington Books, 2014.

Poirier, Jacques (dir.), L’Animal littéraire. Des animaux et des mots, Dijon : Éditions universitaires de Dijon, 2010.

Rabatel, Alain, « Du ‘point de vue’ animal », Le discours et la langue 9.2 (2017) : 145-157.

Romestaing, Alain (dir.)Mondes ruraux, mondes animaux. Le lien des hommes avec les bêtes dans les romans rustiques et animaliers de langue française (XXe-XXIe siècles), Dijon : Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », 2014.

Romestaing, Alain et Alain Schaffner (dir.), Approches de l’animal, Paris : Classique Garnier, 2016.

Simon, Anne, « Du peuplement animal au naufrage de l’Arche : La littérature entre zoopoétique et zoopoéthique » L’Esprit Créateur 57.1 (2017) : 83-98.

Von Uexküll, JacobMilieu animal et milieu humain, Martin-Freville, Charles (trad), Paris : Rivages, 2010.

http://www.apfucc.net/

Les podcasts de l’atelier “Métamorphoses du corps des femmes”

Les podcasts de l’atelier “Métamorphoses du corps des femmes”

Organisé par Juliette Azoulai dans le cadre du programme
Métamorphoses : entre fiction et notion » (dir. Gisèle Séginger) et « Visibilité et invisibilité des savoirs des femmes » (dir. Caroline Trotot)

Continuer la lecture de Les podcasts de l’atelier “Métamorphoses du corps des femmes”

Vient de paraître

Image utilisée pour la couverture: Ernst Haeckel, Kunstformen der Natur (Leipzig et Vienne, Verlag des Bibliographischen Instituts,1899-1904), planche 70 “Ophiodea” (détail) : Astrophyton Darwinium.

Vient de paraître le numéro 9 de la revue Arts et Savoirs: 

Ernst Haeckel entre science et esthétique

Sous la direction de Henning Hufnagel, Frank Jäger et Nicolas Wanlin

Continuer la lecture de Vient de paraître