Présentation

Coordination : Gisèle Séginger (Université Paris-Est/Marne-la-Vallée, Fondation Maison des Sciences de l’homme et Institut Universitaire de France)

Durée du projet : 2017-2018

Résumé

L’idée de métamorphose a pour origine les mythes antiques, mais la science – malgré un souci croissant d’objectivité – s’en empare sans cesser de s’appuyer sur un imaginaire mythologique et littéraire. Du XVIe au XIXe siècle, malgré les différences épistémologiques dont ce projet tient compte et qu’il entend mettre en évidence par une sorte de comparatisme inter-séculaire, la métamorphose s’est souvent écrite à la croisée des disciplines : c’est un échange entre fiction et notion (scientifique et/ou philosophique) qui retient notre attention. Dès la Renaissance, les sciences naturelles construisent avec les métamorphoses tantôt des modèles à opposer aux croyances chrétiennes, tantôt des notions (comme la métamorphose des insectes dans l’entomologie classique), voire des paradigmes qui définissent le cadre général de nouvelles manières de penser (à l’époque du transformisme ou de l’évolutionnisme par exemple). Notre projet centré sur les métamorphoses naturelles – qui mobilisent des savoirs dans le domaine des sciences de la vie et de la nature –  s’interroge sur la genèse et les transformations de ce concept, en réfléchissant sur un point particulier : l’échange croisé entre fiction et science.

À partir de la Renaissance, l’engouement pour l’Antiquité assure à la fois un retour aux fictions latines d’Ovide (Métamorphoses) et d’Apulée (L’Âne d’or) et une diffusion du terme « métamorphose » dans la langue. Le contexte culturel et religieux est favorable au développement de l’idée de métamorphose, dès lors que l’on commence à défendre la conception d’une relative autonomie de la nature et de sa nécessaire revalorisation. Rabelais, Montaigne et Ronsard incarnent bien cet esprit nouveau. Dans un monde qui s’ouvre et qui change, la conscience du perpetuum mobile (Jeanneret, 1997) de la Renaissance et de l’âge baroque assure le succès de l’idée de métamorphose, symbolisée par la figure emblématique de Circé la magicienne (Rousset, 1996). La période est fascinée – ou angoissée dans le cas de Jean de Sponde par exemple  ̶  par l’indéterminé, le mouvant et l’éphémère.

Les travaux qui portent sur la Renaissance et l’époque baroque (jusqu’au début du XVIIe siècle) ont déjà montré que le succès de l’idée de métamorphose a pour fondement des  réflexions religieuses et philosophiques sur le temps et la mort. Le lien entre formes baroques et représentations du monde a été établi : les formes artistiques et littéraires (lignes rompues, entrelacements, spirales, art de la digression, mises en abyme, métaphores…) sont indissociables d’une thématique (l’eau, la fuite, le feu, le changement), bien étudiée par Jean Rousset dans le contexte de l’époque (histoire des idées et des croyances). Les actes du colloque publiés en 1976 par Gisèle Matthieu-Castellani réunissent des travaux centrés sur la poésie baroque étudient la figure majeure de la métaphore comme métamorphose oblitérée, et le rapport de celle-ci à une « pathétique crise d’identité », liée aux bouleversements religieux, aux troubles civils et à l’angoisse de la mort.

Malgré une pensée très générale du perpetuum mobile, qui semble d’abord plus philosophique que scientifique et fondée sur l’observation, la métamorphose a néanmoins gagné – dès le XVIe siècle  ̶  une portée scientifique : Michel Jeanneret a montré que cette notion a  permis d’opposer au modèle religieux de la Création une autre conception de la nature et de ses transformations permanentes. En repartant de ce point, des sciences naturelles du XVIe siècle, et d’auteurs qui ont proposé un savoir de la nature concurrentiel par rapport aux idées religieuses de Providence et de Création, nous nous interrogerons sur la persistance de ce savoir, ou sa remise en cause à l’époque classique (en particulier dans les travaux de Linné), avant d’aborder la redécouverte de l’idée de métamorphose à partir de la fin du XVIIIe siècle, d’abord dans le domaine de l’entomologie puis de la botanique. Elle se structure alors en notion, puis en véritable paradigme, à la fin du XVIIIe siècle, lorsqu’Erasmus Darwin (The Botanical Garden) et Goethe (La Métamorphose des plantes), tous deux s’adonnant à la fois aux sciences naturelles et à la poésie, reviennent à Ovide pour théoriser grâce à l’idée de métamorphose les premiers éléments d’un évolutionnisme.

Quelques questions orienteront et structureront notre recherche.

1) Quel est le rôle de la fiction dans la formation d’hypothèses scientifiques et de nouvelles conceptions ?

2) Quelles sont les différences entre les figurations conceptuelles de la métamorphose adoptées par les sciences de la nature aux différentes époques (Renaissance et âge baroque, âge classique, XIXe siècle) ?

3) Quelles sont les divergences épistémologiques, les oppositions de paradigmes que révèlent les usages divergents de la métamorphose dans les textes scientifiques et littéraires d’une période donnée ?

4) Comment l’idée de métamorphose – utilisée comme un contre-modèle (au XVIe siècle), comme une notion scientifique (dans l’entomologie de l’époque classique, chez Linné par exemple), comme un paradigme transformiste ou évolutionniste – produit-elle en retour de nouveaux types de fiction voire de nouvelles formes littéraires, un fantastique et un merveilleux scientifique renouvelés ?

La méthodologie associera l’archéologie des savoirs qui permet de transgresser la frontière entre science et littérature pour prendre en compte globalement – dans une époque donnée –  la structuration des manières de penser et de voir, les régularités discursives donnant à chaque épistémè sa configuration particulière et l’épistémocritique, c’est-à-dire l’analyse de la greffe des savoirs dans les textes littéraires, l’analyse des moyens employés qu’ils soient stylistiques (comme la métaphore) ou de l’ordre de la poétique des textes (les savoirs de la métamorphose s’inscrivent parfois dans la structuration même du texte, par exemple dans Les Chants de Maldoror). Pour le XIXe siècle, dans les cas où les manuscrits de travail (notes, plans, brouillons) ont été conservés, la génétique littéraire permettra de suivre la formation de certaines représentations et conceptions liées à l’idée de métamorphose.

Entre fiction et notion — Littérature et sciences du XVIe au XXe siècles