Michael Soubbotnik

Michael Soubbotnik est Maître de conférences de philosophie à l’UPEM depuis 1996. Ses recherches portent principalement sur la philosophie du langage (dans une perspective énonciative), la poétique (poésie nord-américaine et brésilienne moderne, en particulier dans son rapport avec l’histoire).

Yohann Ringuedé

Agrégé de lettres modernes, doctorant contractuel puis ATER à l’UPEM et lauréat 2015 de la bourse de recherche de l’association de la Maison Auguste Comte, Yohann Ringuedé prépare une thèse de doctorat sous la cotutelle de Gisèle Séginger (UPEM) et d’Hugues Marchal (Bâle) intitulée La science mise en poème. Écriture poétique des savoirs en un siècle positiviste. Il s’intéresse aux rapports entre les sciences et la poésie dans la seconde moitié du XIXe siècle, mais aussi à l’écriture de la vulgarisation. Avec Azélie Fayolle (UPEM), il a organisé à l’automne 2015 à l’Université Paris-Est un colloque « Jeunes chercheurs » intitulé La découverte scientifique dans les arts. Persistance et mutation de la merveille, du xixe siècle à nos jours, dont les actes sont en cours de parution. Ses recherches portent principalement sur les rapports entre science et poésie, science et fiction, science et imaginaire ainsi que sur la vulgarisation scientifique (Flammarion, Verne, Figuier).

 

Romain Menini

Romain Menini est maître de conférences à l’UPEM depuis 2014. Il est agrégé de lettres classiques et a consacré sa thèse à Rabelais sous la direction de Mireille Huchon. Ses recherches portent principalement sur la langue et la littérature de la Renaissance, Rabelais, la réception de l’Antiquité à la Renaissance, l’histoire du livre et l’histoire de la médecine. Il est secrétaire de rédaction de la Revue d’Histoire littéraire de la France depuis 2015 et rédacteur en chef de la revue Arts et Savoirs depuis 2016.

 

Sandra Collet

Durant sa scolarité à l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm), Sandra Collet suit une formation en lettres classiques & archéologie : elle valide une maîtrise de Grec ancien, un magistère d’antiquité classique (littérature ancienne, archéologie & histoire ancienne), à l’université de Paris IV-Sorbonne, et obtient son agrégation de lettres classiques en 2003, avant de se spécialiser en littérature française et plus particulièrement dans l’étude du roman du premier XIXsiècle.

Après avoir exercé à l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis de 2004 à 2008 (comme AMN puis comme ATER), elle est élue sur un poste de PRAG à l’université de Marne-la-Vallée où elle enseigne depuis septembre 2008, date à laquelle elle a rejoint le LISAA.

Elle consacre ses recherches à l’étude du traitement de la voix, parlée et chantée, de la parole et de la musique, dans le roman (notamment du XIXsiècle), et à la recherche d’une écriture ou d’une transcription romanesque de la voix. Dans ce cadre, elle a consacré sa thèse de doctorat à « La recherche d’une phonographie. Le traitement de la voix dans La Comédie humaine de Balzac », sous la direction de Mme Agnès Spiquel (thèse soutenue à l’université de Valenciennes en décembre 2009, mention très honorable à l’unanimité avec les félicitations du jury).

La pratique musicale est pour elle indissociable de la réflexion théorique : diplômée du Conservatoire Supérieur de Paris (CRR) où elle a obtenu un DEM de Chant lyrique en 2011, elle se produit régulièrement en concerts en France et à l’étranger, comme soliste ou en ensemble vocal, notamment au sein de l’Amsterdam Baroque Choir (dir. Ton Koopman).

Ses recherches portent principalement sur le roman du premier XIXe et sur le romantisme, les rapports entre littérature et musique, le traitement de la voix (parlée et chantée) dans le roman, ainsi que sur l’influence des sciences médicales et paramédicales (physiognominie, phonognomonie etc.) sur l’écriture romanesque au  XIXe siècle.

 

Hélène Bah

Hélène Bah est maître de conférences HDR à l’UPEM depuis 1996. Agrégée de lettres classiques, docteure en lettres, ses recherches portent principalement sur le libertinage érudit, les formes littéraires du discours philosophique au XVIIe siècle (érudition, dialogue, invention du sujet non fictionnel), ainsi que sur les discours du corps et de l’expérience subjective (Pascal, Geulincx, occasionnalisme, augustinisme, rapport à l’histoire).

Azélie Fayolle

Azélie Fayolle est agrégée de lettres modernes et doctorante à l’UPEM dans le LISAA (EA 4120). Elle prépare une thèse sous la direction de Gisèle Séginger intitulée Ernest Renan : savoirs de la nature et pensée historique depuis 2014 ; elle a bénéficié d’un contrat doctoral hors-DIM de la Région Île de France et elle est depuis ingénieure d’études du projet Métamorphoses. Elle est membre de l’association des Études renaniennes et publie régulièrement dans leur bulletin. Elle a co-organisé avec Yohann Ringuedé un colloque La découverte scientifique dans les arts. Persistance et mutation de la merveille., dont les actes sont en cours de publication. Ses recherches portent principalement sur Ernest Renan, les rapports entre science et littérature, les différents modes de la diffusion scientifique, de la vulgarisation scientifique aux fictions.

Carmen Husti

Carmen Husti est ingénieure de recherche, responsable éditoriale multi-supports au laboratoire LISAA (Littératures, SAvoirs et Arts) de l’université Paris-Est Marne la Vallée. Elle est responsable éditoriale des revues Arts et Savoirs et L’Âge d’or. Elle a travaillé pendant plusieurs années en tant que chargée d’édition aux Éditions de la Maisons des sciences de l’Homme. Docteure en littérature française de l’université de Limoges depuis 2007, elle mène actuellement une recherche sur les liens entre les savoirs biologiques et la littérature du 19e siècle, en particulier chez Jules Verne. Dans le cadre de cette recherche, elle intervient dans le programme ANR/DFG « Biolographes. Création littéraire et savoirs biologiques au dix-neuvième siècle », dirigé par Gisèle Séginger à la Fondation Maison des sciences de l’homme, mais aussi dans le programme Polonium « Les sciences du vivant. Imaginaire et discours scientifique » issu d’un partenariat entre l’université Paris-Est Marne-la-Vallée et l’université Adam Mickiewicz de Poznan.

Projets de recherche

  • Membre de l’ANR/DFG « Biolographes. Création littéraire et savoirs biologiques au dix-neuvième siècle » http://biolog.hypotheses.org/
  • Membre du programme Polonium – Partenariat Hubert Curien « Les sciences du vivant. Imaginaire et discours scientifique » issu d’un partenariat entre l’université Paris-Est Marne-la-Vallée et l’université Adam Mickiewicz de Poznan http://imascience.hypotheses.org/
  • Membre du programme PEPS (Projets exploratoires premier soutien UPEM-CNRS) Animalhumanité http://anihumain.hypotheses.org/

Sélection de publications

La diaspora postcoloniale en France. Différence et diversité, Limoges, PULIM, 2010, 272 p.

« Voyage à la recherche du chaînon manquant de l’évolution. L’exemple du Village aérien de Jules Verne », à paraître en 2016 dans Arts et Savoirs, n° 7, Littératures et savoirs du vivant.

« Les limites de l’humain dans quelques voyages extraordinaires », à paraître en 2017 dans les Actes du colloque « Textes, Territoires, Technologies. Un autre Voyage extraordinaire » qui s’est déroulé du 13 au 16 avril 2016 à Huesca en Espagne.

« Jules Verne, vulgarisateur de l’histoire naturelle. L’exemple de Voyage au centre de la Terre », Penser le vivant à paraître en 2017 aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

« Guérir le corps et l’esprit dans La Maladie de Sachs de Martin Winckler », in MAUX EN MOTS Traitements littéraires de la maladie, sous la direction de Maria de Jesus Cabral et al., Universidade do Porto. Faculdade de Letras, 2015. En ligne : http://ler.letras.up.pt/uploads/ficheiros/13171.pdf

« Postures féminines dans l’œuvre de Calixthe Beyala », Présences francophones n° 75, Nathalie Etoke et Alexis Tcheuyap (dir.), Collège of Holly Cross, 2010, p. 9-31.

« D’un certain éternel retour dans la littérature francophone actuelle », Otago french notes. Cahiers d’études littéraires françaises de l’université d’Otago, vol. 3, Mythes et symboles dans la littérature francophone, Constantin Grigorut et Elena-Brandusa Steiciuc (dir.), Université d’Otago, 2010, p. 191-204.

« De la littérature et de l’ailleurs. Regard, image et rencontre », L’Ailleurs depuis le romantisme. Essais sur la littérature en français, Daniel Lançon et Patrick Née, (dir.), Paris, Hermann, « Savoir lettres », 2009, p. 429-450. [en collaboration avec Michel Beniamino].