Archives de catégorie : Billets

appel a contribution

Révolution et évolution

Numéro thématique de la revue Arts et Savoirs

Ce numéro se propose d’étudier dans des textes divers des sciences de la nature aux sciences humaines des logiques du temps qui ont souvent été opposées, l’une correspondant au modèle de la révolution, l’autre au modèle de la transformation ou de l’évolution. Au lendemain de la grande Révolution, l’historiographie s’interroge sur le sens et les formes du temps. Rompant avec l’histoire sceptique du tout début du siècle (Daunou, Volney), les historiens de la génération suivante, défenseurs du progrès comme Augustin Thierry ou Michelet, cherchent une poétique de l’histoire pour donner forme aux événements et aux changements, tandis que les historiens de la nature s’interrogent eux aussi sur la logique du temps naturel. De Cuvier à Charles Darwin, les hypothèses se multiplient pour expliquer les changements. Complexification ou progrès téléologique, développement sans cause finale, impliquant ou non un dessein, évolution et lutte, faisant une part aux circonstances et au hasard : les thèses seront multiples, et discutées à la fois par les scientifiques, les philosophes, les écrivains mais aussi par les hommes politiques, surtout à la fin du siècle ou s’affrontent les idéologies – anarchistes, socialistes, nationalistes – sur cette question. Des libéraux aux socialistes utopistes ou à l’anarchisme de la fin du siècle (Louise Michel, Élisée Reclus…), ce numéro se propose en effet aussi de réfléchir sur l’impact idéologique et les effets politiques de la confrontation des deux modèles.

Les écrivains, bien informés des débats scientifiques – comme Balzac, Flaubert, Zola, Alphonse Daudet, Anatole France… – s’inspirent volontiers de conceptions scientifiques, soit directement, soit par le relais de philosophes comme Taine, pour inventer de nouvelles formes et rendre compte d’une temporalité. Il s’agira donc aussi de s’interroger sur l’impact proprement littéraire du recours à l’un ou l’autre modèle de temporalité dans des genres littéraires divers (roman, poésie, théâtre).

Ajoutons qu’il sera possible d’aborder ce sujet « Révolution et évolution » en traitant les modèles « mixtes », soit dans le cas d’une conciliation (comme celle du vulgarisateur Figuier qui emprunte à Lamarck et Cuvier ou celle des disciples de Cuvier qui atténuent son fixisme), soit dans le cas d’un infléchissement vers la spiritualité, ce qui peut impliquer alors des considérations sur la palingénésie et la métempsychose (comme on le voit chez Nodier ou Nerval) ou l’invention d’une spiritualité laïque fondée sur l’évolution infinie et l’attente du futur (comme dans les textes naturalistes de Michelet ou la poésie de Richepin).  

Ce numéro pluridisciplinaire est ouvert à des propositions de spécialistes de disciplines diverses. Si la période retenue est le XIXe siècle, des propositions sur les prémisses des pensées modernes du temps au XVIIIe siècle (Buffon, Diderot…) seraient les bienvenues.

Les propositions sont à envoyer avant le 15 mai 2019 et les articles seront attendus pour le 30 septembre 2019.

Contact : gisele.seginger@u-pem.fr

appel a contribution

Révolution et évolution

Numéro thématique de la revue Arts et Savoirs 

Ce numéro se propose d’étudier dans des textes divers des sciences de la nature aux sciences humaines des logiques du temps qui ont souvent été opposées, l’une correspondant au modèle de la révolution, l’autre au modèle de la transformation ou de l’évolution. Au lendemain de la grande Révolution, l’historiographie s’interroge sur le sens et les formes du temps. Rompant avec l’histoire sceptique du tout début du siècle (Daunou, Volney), les historiens de la génération suivante, défenseurs du progrès comme Augustin Thierry ou Michelet, cherchent une poétique de l’histoire pour donner forme aux événements et aux changements, tandis que les historiens de la nature s’interrogent eux aussi sur la logique du temps naturel. De Cuvier à Charles Darwin, les hypothèses se multiplient pour expliquer les changements. Complexification ou progrès téléologique, développement sans cause finale, impliquant ou non un dessein, évolution et lutte, faisant une part aux circonstances et au hasard : les thèses seront multiples, et discutées à la fois par les scientifiques, les philosophes, les écrivains mais aussi par les hommes politiques, surtout à la fin du siècle ou s’affrontent les idéologies – anarchistes, socialistes, nationalistes – sur cette question. Des libéraux aux socialistes utopistes ou à l’anarchisme de la fin du siècle (Louise Michel, Élisée Reclus…), ce numéro se propose en effet aussi de réfléchir sur l’impact idéologique et les effets politiques de la confrontation des deux modèles.

Les écrivains, bien informés des débats scientifiques – comme Balzac, Flaubert, Zola, Alphonse Daudet, Anatole France… – s’inspirent volontiers de conceptions scientifiques, soit directement, soit par le relais de philosophes comme Taine, pour inventer de nouvelles formes et rendre compte d’une temporalité. Il s’agira donc aussi de s’interroger sur l’impact proprement littéraire du recours à l’un ou l’autre modèle de temporalité dans des genres littéraires divers (roman, poésie, théâtre).

Ajoutons qu’il sera possible d’aborder ce sujet « Révolution et évolution » en traitant les modèles « mixtes », soit dans le cas d’une conciliation (comme celle du vulgarisateur Figuier qui emprunte à Lamarck et Cuvier ou celle des disciples de Cuvier qui atténuent son fixisme), soit dans le cas d’un infléchissement vers la spiritualité, ce qui peut impliquer alors des considérations sur la palingénésie et la métempsychose (comme on le voit chez Nodier ou Nerval) ou l’invention d’une spiritualité laïque fondée sur l’évolution infinie et l’attente du futur (comme dans les textes naturalistes de Michelet ou la poésie de Richepin).  

Ce numéro pluridisciplinaire est ouvert à des propositions de spécialistes de disciplines diverses. Si la période retenue est le XIXe siècle, des propositions sur les prémisses des pensées modernes du temps au XVIIIe siècle (Buffon, Diderot…) seraient les bienvenues.

Les propositions sont à envoyer avant le 15 mai 2019 et les articles seront attendus pour le 30 septembre 2019.

Contact : gisele.seginger@u-pem.fr

 

Les podcasts de l’atelier « Quand les femmes écrivent les métamorphoses »

Les podcasts de l’atelier « Quand les femmes écrivent les métamorphoses »

Organisé par Virginie Tahar & Caroline Trotot dans le cadre du programme  «  Métamorphoses : entre fiction et notion » (dir. Gisèle Séginger) et « Visibilité et invisibilité des savoirs des femmes » (dir. Caroline Trotot)

Continuer la lecture de Les podcasts de l’atelier « Quand les femmes écrivent les métamorphoses »

Œuvres littéraires et scientifiques

XVIIe siècle

Goedaert, Jean, Metamorphosis et historia naturalis insectorum, Medioburgi, apud J. Fierensium, 1662-1669).

Malpighi, Marcello, Dissertatio epistolica de bombyce, Londini, Martyn, 1669, 133 p.

Redi, Francesco, Esperienze intorno alla generazione degli insetti, Firenze, All’insegna della stella , 1668, 285 p.

Swammerdam, Jan, Historia insectorum generalis, ofte Algemeene Verhandeling van de bloedloose dierkens, Amsterdamer, M. Van Dreunen, 1669.

Swammerdam, Jan, Miraculum naturae, sive uteri muliebris fabrica, Lugduni Batavorum, apud S. Matthaei, 1672.

XVIIIe siècle

Alléon-Dulac, Jean-Louis, Mélanges d’histoire naturelle, Lyon, B. Duplain, 1763-1765, 6 vol.

Aulnoy, Marie-Catherine Le Jumel de Barneville, L’oranger et l’abeille, conte ; suivi de Florine, reine de l’isle des fleurs, Caen, Pierre Chalopin, 1743-1785.

Bonnet, Charles, Contemplation de la nature, Amsterdam, M.-M. Rey, 1764, 2 vol.

Boissier de Sauvages, Pierre-Augustin, Mémoires sur l’éducation des vers à soie, Nismes, Gaude, 2 vol.

Boudard, Différentes Pièces de poésie, Paris, H. Charpentier, 1715.

Buc’hoz, Pierre-Joseph, La Nature considérée sous ses différens aspects ; ou Journal des trois règnes de la nature, Paris, Saugrain & Lamy, 1771-1781, 5 vol.

Buffon, Georges Louis Leclerc, Comte de, Histoire naturelle, générale et particulière, avec la description du cabinet du Roy, t. 2, 1749, « Variétés dans la génération des animaux ».

Chalamont de La Visclède, Antoine-Louis de et Peyssonnel, Charles de, Recueil de plusieurs pièces de poésie présentées à l’Académie des belles-lettres de Marseille pour le prix de l’année…, Marseille, s.n., 1773.

Cuvier, Georges, Tableau élémentaire de l’histoire naturelle des animaux, Paris, Baudouin, 710 p.

Delille, Jacques, Les Jardins, Paris, Didot, 1782.

Diderot, Denis et D’Alembert, Jean Le Rond, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, etc., eds. University of Chicago: ARTFL Encyclopédie Project (Spring 2016 Edition), Robert Morrissey and Glenn Roe (eds), http://encyclopedie.uchicago.edu/

Dubost, J.-F., Méthode avantageuse de gouverner les abeilles, Bourg, P.-F. Bottier, 1800.

Étrennes du Parnasse, Paris, Fetil, 1773.

Fourcroy, Antoine-François, Leçons élémentaires d’histoire naturelle et de chimie, 1782, s.e., 2 vol.

Goethe, Johann Wolfgang von, Die Metamorphose der Pflanzen [1790]. Essai sur la métamorphose des plantes [1829], trad. Française, Genève, Barbezat, 1829.

Grozelier, Nicolas, « La métamorphose d’un professeur de philosophie en cigale », in Fables nouvelles, divisées en six livres, et dédiées à Monsieur le duc de Bourgogne, Paris, Desaint & Saillant, 1760.

La Fite, Marie-Élisabeth de, Entretiens, drames et contes moraux, à l’usage des enfans, s.n., 4e édition, 1791.

Merian, Marie-Sybille, Metamorphosis insectorum Surinamensium, Amsterdam, Gerard Valck, 1705.

Needham, John Tuberville et Spallanzani, Lazarro, Nouvelles recherches sur les découvertes microscopiques et la génération des corps organisés, Londres, Lacombe, 1769, 2 vol.

Rousseau, Jean-Jacques, « Fragments pour un dictionnaire des termes d’usage en botanique » [1771-1773], in Œuvres complètes de J.-J. Rousseau, Paris, Dalibon, 1825, vol. 11.

Sigaud de la Fond, Joseph-Aignan, Dictionnaire des merveilles de la nature, Paris, Hôtel Serpente, 1781, 2 vol.

XIXe et XXe siècles à venir

L’université de Strasbourg et le dialogue des disciplines. Des années 1920 aux pratiques contemporaines

Appel à communications

Colloque MISHA, Strasbourg, novembre 2019

Dates : 21 et 22 novembre 2019
Lieu : Maison des Sciences de l’Homme – Alsace, salle des Conférences

1. Point de départ 

À l’occasion du centenaire de la nomination à l’université de Strasbourg de figures marquantes pour l’histoire des sciences humaines – Maurice Halbwachs, Marc Bloch, Lucien Febvre, Prosper Alfaric, Charles Blondel… – la MISHA organise un colloque consacré aux pratiques actuelles et passées de l’interdisciplinarité en SHS.
L’expérience strasbourgeoise des années 1920 sera le point de départ de cette rencontre, et plus particulièrement les « réunions du samedi » (débutées en janvier 1920) : « libres causeries, au cours
desquelles les collègues se renseignent mutuellement sur les publications les plus récentes et en discutent la valeur », un « essai original de collaboration intellectuelle1».

Ces réunions, organisées en cycle régulier, étaient structurées en quatre thématiques : « linguistique, orientalisme, archéologie », «histoire des religions », « histoire sociale », « histoire littéraire ». Cet espace de réflexion interdisciplinaire a concerné plusieurs domaines des SHS, parmi lesquels : l’histoire, l’histoire des religions, l’archéologie, la géographie, la sociologie, la philologie, l’histoire du droit, l’orientalisme, la linguistique, la littérature, la philosophie, la psychologie.
L’examen des pratiques qui ne sont pas qualifiées «d’interdisciplinaires » dans les années 1920 sera associé à une approche réflexive des usages de l’interdisciplinarité développés, voire revendiqués en SHS depuis quelques décennies.

2. Axes du colloque
Les propositions de communication pourront s’inscrire dans deux domaines principaux déclinés en quatre axes : histoire de l’interdisciplinarité dans les sciences humaines ou épistémologie de
l’approche interdisciplinaire en SHS (sciences historiques, sciences sociales, anthropologie, ethnologie, géographie, philosophie, psychologie, linguistique, lettres, droit, science économique, etc.).

1 Bulletin de la Faculté des Lettres de l’université de Strasbourg 1, novembre 1922, p. 106 et p. 107 :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124638p/f109.item.zoom
2
• Axe 1. La construction de lieux d’échanges interdisciplinaires à l’université de Strasbourg dans les années 1920 

Les communications pourront aborder ce moment particulier de l’histoire des savoirs à partir de l’exploitation de première main de sources documentant concrètement les interactions entre les chercheurs strasbourgeois dans les années 1920 : comptes rendus des « réunions du samedi », témoignages divers des participants, inventaire des acquisitions des bibliothèques, données sur les cours et séminaires impliquant plusieurs disciplines, données sur l’exploitation des collections patrimoniales dans le cadre d’enseignements dépassant les frontières disciplinaires…

• Axe 2. L’héritage scientifique et académique 

L’interdisciplinarité est un enjeu fort au tournant du XXe siècle, elle donne lieu à des programmes de travail singuliers, notamment celui développé par Henri Berr au centre international de synthèse. Comment situer le « moment strasbourgeois » dans ce contexte et comment estimer son éventuelle postérité ? Les communications pourront donc explorer cette question du prolongement et des répercussions de l’expérience strasbourgeoise des années 1920 jusqu’à aujourd’hui.

• Axe 3. L’interdisciplinarité en questions
Les communications pourront aborder la question de l’interdisciplinarité sous un angle réflexif pour évoquer diverses questions, notamment : celles de la terminologie et de son origine (interdisciplinarité, pluridisciplinarité, transdisciplinarité), de la définition de l’interdisciplinarité et de ses différents degrés, de la structuration en disciplines (valeurs et enjeux), des objectifs fixés à l’interdisciplinarité (valeurs et enjeux), de ses modalités, de la construction d’un objet transversal, enjeu essentiel de l’interdisciplinarité…

• Axe 4. Nouvelles pratiques
Dans cette section, les communications pourront présenter de manière réflexive des expériences actuelles de l’interdisciplinarité. Il pourra s’agir d’expériences formalisées, portées par des institutions,
ou d’expériences, plus informelles, menées par un petit groupe de chercheurs de manière expérimentale et exploratoire.

3. Calendrier

Les propositions (titre et résumé indicatifs, maximum 1000 signes) sont à envoyer pour le 01 décembre 2018 à colloque2019misha@misha.fr. Elles seront examinées par le comité scientifique du colloque.

Contact : colloque2019misha@misha.fr

Comité d’organisation : Didier Breton (démographie), Laurence Buchholzer (histoire médiévale), Sylvie Donnat (égyptologie), Guillaume Ducoeur (histoire des religions), Stéphanie Dupouy (philosophie), Isabelle Laboulais (histoire moderne), Fabien Paulus (géographie), Anthony Mangeon (littérature francophone), Bertrand
Marquer (littérature française), Thibault de Ravel d’Esclapon (droit).
Comité scientifique : Cléo Carastro (EHESS), Olivier Dumoulin (université de Caen-Normandie), Wolf Feuerhahn (CNRS, UMR 8560-Centre Alexandre Koyré), Marie Jaisson (université Paris 13), Christian de Montlibert (université de Strasbourg), Bertrand Müller (CNRS, Centre Maurice Halbwachs), François Ost (Université Saint Louis – Bruxelles), Lena Sanders (CNRS, UMR 8504-Géographie-cités), Alain Schaffner Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Gisèle Séginger (université Paris Est – Marne la Vallée, IUF), Philippe Swennen (université de Liège), Françoise Waquet (CNRS, UMR 8599-CELF).

1 Bulletin de la Faculté des Lettres de l’université de Strasbourg 1, novembre 1922, p. 106 et p. 107 :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124638p/f109.item.zoom